Portrait de producteur : La Ferme des Quatre-Temps

Publié le 16/04/2021
finaliste_lauriers_quebec_jean-martin-fortier
Par
Une série de portraits présentée par l’Union des Producteurs agricoles [UPA] et CARIBOU

Découvrez les producteurs et productrices de l’année 2021. Les Lauriers s’entretiennent avec les cinq finalistes inspirants dans la catégorie Producteur de l’année 2021 des Lauriers de la gastronomie québécoise.

Une série de portraits présentée par l’Union des Producteurs agricoles [UPA] et CARIBOU.

Cette semaine, c’est au tour de La Ferme des Quatre-Temps de se prêter à notre questionnaire. Jean-Martin Fortier est un fermier de famille, enseignant et auteur qui est reconnu à travers le monde pour son expertise sur la culture bio-intensive, écologique et rentable. Nous lui avons posé quelques questions.

Pour les gens qui ne te connaissent pas, dis-nous qui es-tu et qui est La Ferme des Quatre-Temps?

Je suis un maraîcher qui travaille en culture bio. J’ai cofondé la micro-ferme Les jardins de la grelinette à St-Armand avec ma femme Maude-Hélène Desroches il y a 15 ans. Depuis 2015, je suis le directeur de la production maraîchère à la Ferme des Quatre-Temps, qui est une ferme écologique, bio-intensive et un laboratoire. C’est aussi une école pour former de nouveaux agriculteurs qui souhaitent partir leurs propres projets d’agriculture à échelle humaine.

J’enseigne aussi une Masterclasse en ligne sur le maraîchage biologique dans plus de 65 pays.

Je suis aussi le fondateur et le rédacteur en chef de Growers, un nouveau magazine biannuel dont le contenu célèbre l’agriculture écologique à petite échelle.

Quelle personne (ou initiative) t’a inspiré pendant cette dernière année?

Ricardo! J’ai été touché et ému par son message rassembleur au début de la pandémie. Il invite et inspire les gens à cuisiner encore plus en ces temps difficiles.

Comment vois-tu la relance de l’industrie de la restauration au Québec?

Avec beaucoup de solidarité pour recréer ce qu’on avait avant tout ça. Nous travaillons avec une quinzaine de restos qui sont tous devenus des amis et nous espérons retourner à ce que c’était avant la pandémie.

En 2021, de quoi la production alimentaire québécoise a-t-elle le plus besoin?

De citoyens mangeurs, de gens qui font le geste de manger local et de saison, ce qui bénéficie les agriculteurs, la planète et les consommateurs.

Quels sont tes futurs projets?

De consolider tous mes projets actuels et de me concentrer sur Growers.

Prenez part au dialogue

Joignez la brigade des Lauriers